Vendredi, 31 Octobre 2014

Choose your language

« Octobre 2014 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Les partenaires

Les partenaires aériens

Notifications

Recevez un courriel de notification quand un article est publié dans le journal de bord.
Dimanche, 08 Janvier 2012 09:00

P’tit cagou découvre Walpole

Évaluer cet élément
(10 Votes)
Walpole Walpole Spirit of nouméa

Samedi 7 janvier

Pour fêter cette nouvelle année nous allons découvrir l'Île de Walpole située à 260 kms de Nouméa cap 86°. Il fait enfin beau sur le Caillou. Ce matin à 7h30 nous préparons Spiritofnouméa pour cette expédition : les pleins, déclenchement de la balise spot, radeau de survie, gilets, téléphone satellite... et dépôt du plan de vol par téléphone à Tontouta. Décollage sur la 17 à Magenta, nous montons à 5500 pieds. Sur la première partie du vol vers l'île des Pins nous croisons deux ATR d'Air Calédonie. La météo est parfaite, notre Dynamic file à 260 km/h. Nous volons au dessus d'une maigre couche de cumulus, en dessous le lagon est magnifique, les îlots s'enchainent, la barrière de corail est splendide. Nous longeons l'île des pins par l'est, nous avons la baie de Gadgi sous nos pieds, puis la baie d'Oro. Un avion de tourisme longe la côte. Nous sommes en contact radio avec Tontouta, il nous reste 150 kms à parcourir au dessus du Pacifique. Nous atteignons Walpole en moins de 45 mn, nous quittons le contrôle de Tontouta pour descendre explorer cette île si mystérieuse et sauvage. P’tit cagou descend de 5500 pieds à 500 pieds. Mais quelle est donc cette île si peu connue ?

C'est pas sorcier, quart d'heure Wikipedia : « Walpole a été découverte en 1794, par le capitaine britannique Butler à bord du Walpole. De 1910 à 1936, une exploitation du guano (engrais) y a été installée, comprenant plus d'une centaine d'hommes. Durant la Seconde Guerre mondiale, il s'agit d'un poste de surveillance avancé des Forces navales françaises, considéré « à risques », car situé dans des eaux fréquentées régulièrement par des sous-marins japonais. Depuis l'île est inhabitée et seulement visitée par de rares missions scientifiques.

C'est une île corallienne d'origine volcanique. L'île est orientée nord-sud, longue de 3,5 km pour une largeur variant de 1000 mètres au Nord à 300 mètres au Sud. Elle forme un 8 dont la bande terrestre centrale ne fait que 200 mètres de large. Elle est bordée de falaises, truffées de trous d'érosion, tombant à pic dans la mer sauf sur sa côte orientale, qui s'ouvre sur une petite plaine côtière et au nord-ouest et au sud-ouest avec des platiers recouverts d'éboulis. On ne peut accéder à l'île que par beau temps avec un seul mouillage possible à l'ouest de l'île. L'accostage se fait par le sud-ouest où se trouvent les ruines de l'ancienne exploitation de guano. L'île ne possède ni ruisseau, ni sources. Il n’est pas question de tomber en panne dans ce coin. »

Nous voilà donc au dessus de cette île étrange, corallienne, qui nous rappelle Maré par certains points, un monocoque de plaisance est ancré dans la seule baie protégée mais la houle est forte. Le bateau monte et descend, balloté par cette mer hachée. Le vent est fort : 25 nœuds, la mer est couverte d'écume. Les vagues se fracassent sur les falaises rocheuses qui culminent à moins de 80 mètres. Spirit of Nouméa entame plusieurs tours pour observer cet ilot, prendre des photos et des films... le vent est fort, notre bolide file à 280 km/h dans un sens puis se traine à 195km/h dans l'autre. Nous avons l'impression de survoler un porte avion. D'ailleurs, d'anciens pilotes nous ont raconté qu'un avion avait essayé de se poser sur cette île, le cassant à l'atterrissage et qu'un deuxième avion, venu en renfort, s'était aussi crashé! Nous devons faire très attention, de nombreux oiseaux volent au dessus de l'ilot, en fait c'est un véritable sanctuaire pour ces volatiles. On comprend, en les voyant si nombreux, que l'exploitation du Guano a du être florissante. A deux reprises nous les évitons de justesse. Après un long vol d'observation nous entamons notre retour sur Nouméa. Nous avons du vent de face, nous montons à 4500 pieds, quel plaisir unique de découvrir l'île des pins (l'île la plus proche de Paradis), nous distinguons déjà au loin l'atoll magnifique de Nokanwi et la grandiose baie d’Upi (notre petite baie d'Along). Nous ne ferons pas plus de commentaires sur cette île... regardez les images elles parlent d'elles mêmes.

Pour regagner Magenta nous avons survolé le village de Goro et sa cascade impressionnante car il a beaucoup plu depuis 15 jours, puis Goro Nickel, la plaine des lacs et son ancienne piste.

Le vol se termine par un kiss landing sur la 17, le vent souffle de face, ce qui est rare sur cette piste.

Nous avons volé trois heures, du pur bonheur, merci spiritofnouméa, merci au contrôle.

Bonne année à tous. A bientôt.

Pour en savoir plus, suivez ce lien http://fifo-tahiti.com/2010/11/walpole-l’ile-mysterieuse/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Commentaires  

 
#7 divorce 07-03-2012 05:54
Cette île est presque du land art ont dirais un poisson ou encore le visage d'une fille avec une queue de cheval ;-)
Citer
 
 
#6 Bourgaux cyril 22-01-2012 23:18
belle et heureuse année . que la baraka soit avec vous !
Citer
 
 
#5 Christophe 09-01-2012 11:46
Super, le voyage continue avec vos excursions autour de notre caillou. Merci à vous.
Citer
 
 
#4 Christian R. 08-01-2012 16:23
De mon coin en Lorraine je relis souvent des passages du journal de l'Aventure... et je regarde quelques photos qui me transportent loin de ce coin de France où le temps se traine pour le chômeur que je suis depuis deux ans passés.
A vous et vos familles, à tousles habitants du caillou j'envoie mes voeux de bonne et heureuse année.
Toute mon amitié
Christian
Citer
 
 
#3 Didier Leroux 08-01-2012 16:00
C'est un vol sympa, dommage qu'il n'y ait pas de piste. A ma connaissance, à part des hélicoptères, aucun avion ne s'y est jamais posé...
Ce n'est pas sur Walpole, mais c'est à Matthews qu'Henri Martinet a cassé son hélice en faisant un cheval de bois à l'atterrrissage avec son Stinson. Parti aux commandes d'un Rallye avec une nouvelle hélice pour le réparer, il n'a jamais trouvé Matthews et a amerri avec son mécanicien. Ils furent récupérés sains et sauf par un navire de la Royale et le Stinson incendié volontairement à Matthews, sans doute pour qu'on ne pense pas qu'il y avait des naufragés en perdition sur l'île.
Citer
 
 
#2 Larue Pierre 08-01-2012 14:50
Meilleurs vœux et de belles aventures aéronautiques à toute l’équipe de Spirit of Nouméa.
Je recadre l’histoire de l’avion qui aurait tenté un atterrissage sur Walpole. En 1973, Henri Martinet s’envole avec son épouse dans le but de poser son Stinson sur l’isthme de l’île Matthew et non sur Walpole. Ce volcan éteint est situé à 450 km à l’Est du Sud de la Grande Terre. A l’atterrissage, l’appareil heurte un gros bloc de rocher qui l’endommage et brise l’hélice sans blesser les passagers. Quelques mois plus tard, les époux Martinet tentent un second voyage pour tenter de réparer le Stinson abandonné. A court d’essence, ils amérissent avant d’atteindre Matthew. La baraka est avec eux. Ils se posent sur une mer d’huile. Ils ont le temps de donner leur position, sortir et gonfler le pneumatique de secours. Les 4 naufragés indemnes, furent rapidement retrouvés en bonne santé par un patrouilleur de la Marine nationale.
Pierre Larue
Citer
 
 
#1 baron 08-01-2012 11:02
Encore Bravo,

je ne détecte pas bien les antennes de langoustes, ou les ombres des gros poissons, mais je sais qu'ils sont là.Il faudra organiser un trip bateau-hydro,po ur profiter du coin.
Amicalement
Guy baron
Citer